la prière

  • L’Eternel est proche de tous ceux qui L’invoquent, de tous ceux qui L’invoquent dans la vérité (Psaume 145 :18).
  • Vous servirez l’Eternel de tout votre cœur (Deutéronome 11 :13), ceci fait allusion à la prière (Taanith 2a).
  • Le Saint béni soit-Il désire le cœur (Sanhédrin 106b).
  • Le livre de prières sera toujours la somme et la substance de tout le judaïsme, son livre fondamental et sa mémoire. Celui pour qui ce livre est ouvert sait ce qu’est l’essence du judaïsme. Il a avec lui la quintessence du « monde juif ». (Rosenzweig 1886-1929).

 

Evolution du Siddour

 

  • Quand tu pries, que ta prière ne soit jamais figée (Avot 2, Berakhot 29b).
  • Les hommes de la Grande Assemblée ont donné à Israël les louanges divines, les prières ainsi que les bénédictions prononcées au commencement et à la fin des fêtes (Berakhot 33a).
  • J’ai donc décidé de rassembler et de mettre en ordre les prières statutaires, les louanges et les bénédictions afin de retrouver leur forme originelle. Pour ce qui est des omissions et des additions, je signalerai celles qui sont contraires aux principes même de la prière et celles qui ne le sont pas (Saadia Gaon Xe S.).
  • Le texte des prières ne trouve pas son origine dans la Torah, les modifications ne proviennent pas de la Torah, comme le temps fixé pour les prières ne trouve pas son origine dans la Torah. C’est pourquoi les femmes, les enfants et les esclaves sont astreints à la prière. Chacun doit prier et prononcer les louanges du Saint béni soit-Il, puis Lui présenter ses demandes, puis Le louer pour les biens dont Il l’a gratifié, chacun selon son entendement (Maïmonide -XIe S. - , Hilhot Tefillah 1 :2-3).
  • S’il est habitué à prier, il peut s’appesantir dans sa prière, sinon il prononcera une courte prière. Il prie selon son entendement aux moments qui lui conviennent. Il suit le cadre de la prière selon son entendement. Certains prient une fois par jour, d’autres plus fréquemment (idem).
  • Je n’ai pas trouvé deux siddourim rigoureusement identiques (David Abudraham  XIVe s).
  • C’est à l’époque des Saboraïm (VI-VIIIe S.) que les prières trouvèrent leur formulation presque définitive (Samuel Luzzato XIXe S.).
  • La seule prière instituée dans la Torah (Deutéronome 26 :1-11) et qui devait être prononcée dans le Temple de Jérusalem, ne se retrouve dans aucun Siddour et n’est mentionnée dans aucun rituel (Au delà du texte, Lawrence Hoffman, 1995).

 

influences et evolutions du siddour

 

Zunz (1794-1886) compila les rituels en sa possession et énonça les causes suivantes pour expliquer l’évolution du Siddour :

  1. Influence du milieu environnant.
  2. Evénements historiques particuliers.
  3. Choix du rabbin de la communauté.
  4. Autocensure pour ne pas déplaire au milieu culturel ou religieux.

Erreur du copiste.